Armement de la police municipale : l’égoïsme et l’irresponsabilité du Maire UMP/Les Républicains d’Alès
  • 23 août 2016

Armement de la police municipale : l’égoïsme et l’irresponsabilité du Maire UMP/Les Républicains d’Alès

Communiqué de Presse de Yoann GILLET
Secrétaire départemental du Front National dans le Gard
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

Dans les colonnes de Midi Libre du 23 août 2016, Max Roustan, Maire UMP/Les Républicains d’Alès et haut responsable du parti de Nicolas Sarkozy dans le Gard, se prononce contre l’armement des policiers municipaux.

La raison ?
Il veut SE protéger de tout problème judiciaire : « Moi, je ne veux pas me retrouver un matin au tribunal correctionnel parce qu’un policier municipal a dû tirer sur quelqu’un ».

L’état d’esprit de ce Maire, numéro 2 du parti Les Républicains dans le Gard, est égoïste et irresponsable.

À l’heure où notre pays est attaqué régulièrement par des terroristes et à l’heure où la racaille de nos quartiers est mieux armée que nos forces de l’ordre, ce Maire, digne représentant de la droite molle, est prêt, pour SE protéger, à jouer avec la vie des policiers municipaux, pourtant en première ligne toute l’année, de jour comme de nuit.

Il faut évidemment que les policiers municipaux, qui suppléent bien souvent les manquements de l’Etat en matière de sécurité, soient armés.
Mais, plus encore, il faut qu’ils soient entendus, suivis et soutenus dans leur travail nécessaire et que la justice soit de leur côté lorsque, dans l’exercice de leurs fonctions, ils sont amenés à aller au contact.
Sans le rétablissement de ces valeurs élémentaires, la racaille (de plus en plus nombreuse et impunie du fait du laxisme d’Etat et du laxisme judiciaire) continuera à avoir le dessus et à triompher.

Yoann Gillet dépose plainte contre le directeur de la publication de La Gazette de Nîmes
  • 22 août 2016

Yoann Gillet dépose plainte contre le directeur de la publication de La Gazette de Nîmes

Dans son édition n°892 (du 7 au 13 juillet 2016), page 16, le journal hebdomadaire La Gazette de Nîmes a publié un article dans lequel des faits d’injures sont matériellement constitués à l’encontre de Yoann Gillet, conseiller municipal de Nîmes, conseiller régional et secrétaire départemental du FN du Gard.

Le contenu de l’article (ci-après) et sa dernière phrase « C’est sûr Mille couleurs et la Ligue de l’enseignement c’est pas l’amicale des anciens de la division Charlemagne…« , faisant référence à un bataillon SS de la seconde guerre mondiale et affirmant un lien très clair entre Yoann Gillet et celui-ci, est inacceptable et constitue une injure.

L’article suggère que l’appartenance au parti Front National revient à être en sympathie avec la division Charlemagne, c’est à dire des nazis coupables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. La gravité de ces propos n’est pas seulement inacceptable, elle est aussi délictuelle.

Yoann Gillet a donc déposé plainte auprès de Madame le Procureur de Nîmes pour injure, contre M. Pierre Serre, directeur de la publication du journal La Gazette de Nîmes.

Yoann Gillet entend ainsi faire condamner ce « journal » et défendre ses intérêt et ceux des électeurs qu’il représente face à des journalistes militants, visiblement incompétents et qui déshonorent leur profession.

La gazette

Article de La Gazette de Nîmes à l’origine de la plainte

Jusqu’où iront les Républicains ?
  • 7 juillet 2016

Jusqu’où iront les Républicains ?

Communiqué de Nicolas Meizonnet, Président du groupe FN-RBM au conseil départemental du Gard

Aujourd’hui, en Commission permanente, nous avons été amenés à délibérer sur plusieurs sujets majeurs, notamment sur la subvention attribuée au Pont-du-Gard et les subventions aux syndicats.

Concernant la subvention dédiée à la gestion de l’espace naturel sensible du Pont-du-Gard d’un montant de 210 000 euros, nous avons fait savoir qu’elle ne nous paraissait pas être une mauvaise dépense. Joyaux de notre département, le Pont-du-Gard est un atout touristique majeur, puisqu’il est le site le plus fréquenté, avec plus de 1 500 000 visiteurs par an. Nous avons donc voté naturellement pour cette enveloppe.

A notre grande surprise, les groupes LR et UDI ne l’ont pas approuvée.
Ils ont jugé plus pertinent, contrairement à notre groupe, de financer les associations « Vivre ensemble à la zup » et « Jeunesse des rapatriés d’origine Nord Africaine et leurs amis ».  Leurs électeurs approuvent-ils ce choix ?

D’autre part, il nous a été proposé de voter une enveloppe de 60 000 euros pour les syndicats politisés : CGT, FO, Union Solidaire, etc.

Comme l’an passé et fidèles à nos promesses de campagne, nous nous y sommes opposés. Dans un contexte financier difficile pour notre collectivité, dans un contexte de tension au niveau national (blocages, violences, dégradations, provocations à l’égard de nos forces de police), il devient difficilement justifiable de financer des syndicats militants, dont la représentativité est de plus en plus contestable et contestée.

Lors de l’examen de cette délibération, nous avons assisté à un simulacre d’opposition de la part du Président de groupe LR, Laurent Burgoa, réclamant une baisse de 10% sur la totalité de l’enveloppe. En réalité, cette baisse n’en est pas une puisque la somme de 54 000 euros est identique à celle votée en 2015. Bien essayé !

Seuls deux élus LR (canton de Villeneuve-lès-Avignon) ont eu le courage de s’y opposer à nos côtés.

Burgoa : complice ou idiot utile de la gauche départementale ?

Nîmes Métropole : Yoann GILLET demande la démission de Jean-Paul Fournier et Yvan Lachaud
  • 30 juin 2016

Nîmes Métropole : Yoann GILLET demande la démission de Jean-Paul Fournier et Yvan Lachaud

Je me félicite de la décision rendue par le Tribunal Administratif de Nîmes de rejeter les requêtes déposées par les élus farfelus d’extrême gauche de Nîmes Métropole, visant à faire annuler une délibération votée pour régler définitivement le risque lié à un emprunt toxique souscrit par Jean Paul Fournier (ancien président de la communauté d’agglomération et actuel Maire de Nîmes).

Si je dénonce avec la plus grande fermeté la souscription à cet emprunt, par une équipe incompétente et qui a fait prendre des risques inconsidérés à notre collectivité; et si je rappelle que le Front National avait dénoncé cet emprunt à l’époque; je ne peux en revanche que me féliciter de ladite délibération qui va permettre à la collectivité de mettre fin à tout risque financier et qui va permettre une aide de 36 millions d’euros du fonds de soutien créé par la loi de finances 2014 pour désensibiliser cet emprunt.

Je demande en revanche que les principaux responsables de cet emprunt toxique (Jean Paul Fournier et Yvan Lachaud, ancien et actuel président de Nîmes Métropole, membres de la même majorité) démissionnent de leurs mandats suite à cette grave affaire qui prouve une fois de plus leur incompétence.

 

Communiqué de Presse de Yoann GILLET
Secrétaire départemental du Front National dans le Gard
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées
Président du groupe des élus FN à Nîmes et Nîmes Métropole

7c9015_934cffb2240748beaf695dba8b58f986

Fête d’été du FN du Gard le 10 juillet !
  • 7 juin 2016

Fête d’été du FN du Gard le 10 juillet !

INVITATION FETE ETE 2016 png

INVITATION FETE ETE 2016 png2

 

Fête d’été du
Front National du Gard
Dimanche 10 juillet 2016

en présence de
Michel GUINIOT
Membre du bureau politique du FN

Gilbert COLLARD
Député du Gard

Julien SANCHEZ
Maire de Beaucaire, conseiller régional

Yoann GILLET
Secrétaire départemental, conseiller régional

et de nombreux élus et cadres du FN

Manade Leron-Teissonier
Les Fesques, 30190 Saint Génies de Malgoires

PRIX : 21€ – 15€ jusqu’à 12 ans

Au programme :

– Bar
– Déjeuner
– Animation musicale
– Boutique du Front National
– Structure gonflable pour les enfants
– Ferrade (à 11h30, offerte par les élus FN de la ville de Nîmes)

Pour réserver, envoyez votre règlement à :
FN30 – BP 87033 – 30910 Nîmes cedex 2

Cliquez ici pour télécharger l’invitation

Nîmes / Ramadan : les graves dérives de la droite et du centre
  • 7 juin 2016

Nîmes / Ramadan : les graves dérives de la droite et du centre

Communiqué de Presse de Yoann GILLET
Secrétaire départemental du Front National dans le Gard
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées
Président du groupe des élus FN au conseil municipal de Nîmes

yoann-gilletAprès avoir dénoncé, en tant que président du groupe FN au conseil municipal, les différents cadeaux du Sénateur-Maire UMP de Nîmes envers le culte musulman depuis plusieurs années et après avoir dénoncé le prêt par la ville d’une salle du stade des Costières pendant 7 semaines pour les « fidèles » de la mosquée de la gare, j’apprends désormais par les déclarations de la vice-présidente de « l’association culturelle islamique » que la communauté d’agglomération de Nîmes Métropole (dirigée elle aussi par la droite et le centre), met à disposition des musulmans de ladite mosquée, depuis hier et pendant toute la durée du ramadan, des navettes qui partent spécialement chaque début de soirée de la gare vers le stade pour revenir après minuit.

Par ces actes, le Sénateur-Maire de Nîmes et son adjoint et président de Nîmes Métropole, trahissent une fois de plus les nîmois.

Combien ce nouveau cadeau communautariste coûte-t-il aux contribuables Nîmois et de la métropole ? Qui sont les agents qui conduiront les navettes ? Ont-ils été sélectionnés sur des critères religieux ?
Qui a décidé de la mise en place de ce service lié à la célébration d’un culte (aucune délibération n’étant passée à ce sujet à l’agglo ou au conseil municipal) ?

La prochaine étape de cette folie communautariste des élus Nîmois sera-t-elle la prise en charge de déplacements aller-retour à La Mecque ?

Où la droite et le centre s’arrêteront-ils à Nîmes dans leur participation au communautarisme ?

Qu’ils en soient assurés, face à leurs graves dérives, ils trouveront toujours les élus du Front National sur leur chemin.
Un tract informant les Nîmois sur les méthodes indignes de leurs élus prêts à tout est en cours d’impression.

Nîmes : L’UMP à la botte des revendications communautaristes !
  • 3 juin 2016

Nîmes : L’UMP à la botte des revendications communautaristes !

priere

Communiqué de presse de Yoann GILLET
Secrétaire départemental du Front National du Gard
Conseiller régional de Languedoc-Rousillon Midi-Pyrénées
Président du groupe des élus du FN au conseil municipal de Nîmes

Après la signature d’un bail emphytéotique au profit d’une association cultuelle musulmane, après la vente (à prix d’ami) d’un ancien temple protestant pour en faire une mosquée, après les innombrables visites de Jean-Paul Fournier et d’élus de sa majorité dans les mosquées de la ville de Nîmes à l’occasion de l’Aïd El Kebir et du ramadan, la mairie de Nîmes vient d’accepter le prêt (à titre gracieux ?) d’une salle du stade des Costieres au profit de l’association qui gère la mosquée de la gare afin que les « fidèles » puissent fêter le ramadan.

Je dénonce une fois de plus la trahison du Maire de Nîmes et son électoralisme le plus nauséabond.

Jean-Paul Fournier confirme une nouvelle fois son statut d’homme sans aucune conviction, cherchant à gagner les élections par tous les moyens, quoi qu’il puisse en coûter à l’identité de notre pays et aux principes de notre République.

Contre son comportement dangereux, Jean-Paul Fournier trouvera toujours face à lui les élus du Front National.

Nîmes / Mosquée de la gare : Où les élus de Jean-Paul Fournier iront-ils fêter le ramadan cette année ?
  • 31 mai 2016

Nîmes / Mosquée de la gare : Où les élus de Jean-Paul Fournier iront-ils fêter le ramadan cette année ?

mosCommuniqué de Presse de Yoann GILLET
Secrétaire départemental du Front National dans le Gard
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées
Président du groupe des élus FN au conseil municipal de Nîmes

Jean-Paul Fournier, Sénateur-Maire UMP-LR de Nîmes, a annoncé, pour des raisons de sécurité, la fermeture de la mosquée de la gare, logée dans un bâtiment communal.

Il est regrettable que le Maire ait attendu des motifs urgents de sécurité pour fermer cette mosquée.
En effet, le fait qu’un bâtiment communal abrite une mosquée était déjà en soi anormal et aurait dû entraîner depuis longtemps sa fermeture définitive pour cette raison.

Sur l’état des bâtiments communaux, au-delà du cas de cette mosquée, le groupe Front National s’indigne à nouveau de l’état de décrépitude de certains biens communaux et appelle le maire à en prendre conscience et à agir.

La mosquée de la gare étant fermée pour raisons de sécurité, la seule question qui se pose désormais est : où les élus de Jean-Paul Fournier iront-ils fêter le ramadan cette année ?

Iront-ils dans la nouvelle mosquée, place Jean Calvin, où en 2013, la municipalité Fournier a vendu à prix d’ami l’ancien temple protestant appartenant à la ville à l’association cultuelle des musulmans de la mosquée de la paix ?
Iront-ils sur le terrain sur lequel un bail emphytéotique a été passé avec une association cultuelle ?

Il est de mon devoir d’informer les Nîmois et de leur rappeler les trahisons de leurs élus, qui ne sont en réalité que des hommes sans aucune conviction, cherchant à gagner les élections par tous les moyens, quoi qu’il puisse en coûter à l’identité de notre pays et aux principes de notre République.

Seul le Front National :
– Refuse toute subvention et toute aide à des organisations ou des projets communautaristes
– Défend rigoureusement la laïcité républicaine
– Agit dans le seul intérêt général en refusant notamment le clientélisme

Discrimination politique : Denis Bouad doit retirer ses propos et s’excuser !
  • 9 avril 2016

Discrimination politique : Denis Bouad doit retirer ses propos et s’excuser !

30-09_Gillet-TisseurJeudi, nos 4 élus au conseil départemental du Gard ont été les seuls à s’opposer à l’augmentation des impôts et au budget présenté par l’exécutif socialo-écolo-communiste.

Les élus UMP et UDI ont une fois de plus trahi leurs électeurs (rappelons à toutes fins utiles que la gauche n’a pas la majorité des sièges au département et que si la droite et le centre avaient voté contre comme nous l’avons fait, le budget et l’augmentation de la fiscalité n’auraient pas été votés).

Lors de cette séance où seuls nos 4 élus, que je félicite et encourage à persévérer en ce sens, ont défendu les intérêts des gardois, le président du département a tenu des propos que je condamne avec la plus grande fermeté. 

En effet, après que le groupe FN-RBM ait voté contre le budget du département, Denis Bouad s’est adressé à nos élus avec les propos suivants : « Ne me demandez rien à Beaucaire ou ailleurs ! « .
 Je demande à Denis Bouad de retirer ses propos et de s’excuser publiquement auprès des Beaucairois pour ces propos indignes d’un Président de département. Faut-il donc que les élus d’une ville aient leur carte du PS ou du PC pour obtenir des aides ? Après avoir tenté d’envoyer des Beaucairois au collège de Bellegarde, suscitant une mobilisation gigantesque des parents d’élèves et des élus de Beaucaire qui a forcé le département à reculer, ces dirigeants socialistes se croient-ils donc tout permis concernant la Ville de Beaucaire ?

Alors que dans toute assemblée, l’opposition vote généralement contre le budget présenté par la majorité, quelles garanties ou assurances ont obtenu les élus UMP-UDI pour s’abstenir et se taire sur la hausse d’impôts ?

Les élus UMP-UDI cautionnent-ils la stigmatisation publique et officielle en séance de la 4e ville du Gard ?

Le Front National est attaché à la démocratie et en ma qualité de secrétaire départemental et d’élu au comité central du Front National, je me dois de faire respecter et défendre notre Mouvement, nos électeurs et nos valeurs.

Oui, Denis Bouad doit s’excuser et l’UMP et l’UDI doivent, à travers Laurent Burgoa et Thierry Procida, condamner les propos du président du département visant la ville de Beaucaire.

Quoiqu’il en soit, suite à ces propos, l’avocat du Front National et celui de la Ville de Beaucaire regarderont avec attention les décisions du département concernant les subventions demandées par la Ville de Beaucaire et se réserve le droit de poursuivre en justice toute discrimination avérée suite aux propos publics annonciateurs de Monsieur Bouad.

Yoann GILLET
Secrétaire départemental du FN dans le Gard
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

Beaucaire met un carton rouge à Carole Delga – Communiqué de Julien Sanchez, Maire de Beaucaire
  • 8 avril 2016

Beaucaire met un carton rouge à Carole Delga – Communiqué de Julien Sanchez, Maire de Beaucaire

shutterstock_97508639Elle nous avait avertis : dès son discours d’intronisation, Carole Delga, nouvelle Présidente de Région, prévenait qu’elle était et restait « une militante » avant tout.

Puis, elle traduisait en acte sa pensée en ne donnant pas suite à l’invitation du vice-président du principal groupe de son opposition que je suis (40 élus sur 158) à venir le rencontrer dans sa ville, invitation républicaine lancée pendant la campagne puis renouvelée à plusieurs reprises (dès le soir du second tour des régionales). Son entourage indiquait même devant témoins qu’elle viendrait probablement à Beaucaire « dans 5 ans et demi ».

Pensant peut-être qu’il est normal et légitime d’insulter un élu parce qu’il est du FN, 26 des élus de sa majorité régionale s’illustraient ensuite en contestant (par un communiqué commun officiel) une décision de Justice m’ayant donné raison face à une enseignante CGT condamnée pour outrage « envers le Maire de Beaucaire dans l’exercice de ses fonctions ».


Aujourd’hui, nous apprenons que la « militante » Carole Delga vient de franchir une étape de plus dans sa gestion très particulière de la chose publique : la Présidente du Conseil Régional n’a en effet pas signé le « contrat de ville » de Beaucaire, désormais seule commune éligible du Gard, de Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées (et peut-être même de France) à ne pas avoir le paraphe d’un Président de Conseil Régional sur ce document intercommunal, alors que la Région est partenaire habituel des contrats de ville (dispositif qui plus est lancé par le Gouvernement auquel appartenait Madame la Ministre Carole Delga).


En plus d’avoir des conséquences sur certaines exonérations fiscales pour les entreprises des quartiers prioritaires, cette absence de signature est un grave signal pour notre démocratie. Il marque le début d’une série de questionnements simples et légitimes :


– L’apartheid politique qui consiste à refuser l’invitation républicaine d’un élu du FN et à refuser de signer un contrat de ville avec une ville dirigée par le FN amènera-t-il aussi le conseil régional à refuser de construire le lycée d’enseignement général que mérite la population de Beaucaire (première ville en nombre d’habitants à ne pas avoir de lycée général dans le Gard) alors que la construction d’un lycée général par la Région est annoncée dans le Gard d’ici 2020 ?


– Cet aveuglement politique amènera-t-il aussi la Présidente à ne pas agir pour la réouverture de l’écluse reliant le Rhône au Canal du Rhône à Sète, projet d’envergure important pour l’environnement, le développement durable, le tourisme et l’économie de tout un territoire ?


– Cet ostracisme affiché amènera-t-il la Région à refuser d’octroyer toute subvention demandée par la Ville de Beaucaire ?


Très choqué par ces premiers actes manqués absolument pas anodins, j’ai écrit ce jour au Président de la République, au Premier Ministre, au Ministre de la Ville, au Ministre de l’Environnement, au Ministre des Finances, au Ministre de la Justice, au Ministre de l’Education Nationale, afin de les alerter sur ce que je considère comme une rupture d’égalité passible d’être interprétée comme une discrimination que les habitants de Beaucaire ne sauraient accepter et envisagent de poursuivre devant les juridictions compétentes si ce défaut de signature du contrat de ville n’était pas rectifié sous huitaine.

Les enfants de Beaucaire ont droit, comme chaque commune ayant des quartiers dits prioritaires, à la signature de ce contrat de ville. Ils méritent aussi un lycée d’enseignement général. Ils méritent également que la Présidente du Conseil Régional se penche sur la réouverture de l’écluse reliant le Rhône au Canal du Rhône à Sète. Enfin, la Présidente ne doit pas refuser de rencontrer un Maire démocratiquement élu (comme elle) jusqu’en 2020, à raison de ses idées politiques ni repousser cette rencontre aux calendes grecques.

Les Gardois, qui ont placé la liste de Louis Aliot et Julien Sanchez nettement en tête aux élections régionales, ne veulent plus de cette façon détestable de faire de la politique.


Dans notre République, chacun a droit au respect.

S’il y a un temps pour la campagne électorale, élu, le Président d’une assemblée doit être pendant la durée de son mandat le Président de tous les habitants, et plus seulement être un « militant » !

Madame Delga, les Beaucairois vous en conjurent, revenez à la raison !